Mes papilles au Brésil I *le salé*

Il m’a fallu deux semaines pour faire le tri, pleurnicher ou rire lorsque j’ai parcouru toutes mes photos du Brésil !

Je n’ai que de gourmands souvenirs à partager avec vous.

Le principe est comme partout dans le monde, la cuisine varie selon la région, le climat, le métissage etc.

Du Sud au Nordeste j’ai pu goûter un certain nombre de plats typiques.

Si je devais faire un cloud tag, il y aurait eu FRITURE, BEIGNET, FRUITS DE MER, POISSON, MANIOC, TAPIOCA, PAPAYE, MARACUJA, MOLHO, AÇAí, MANGO, AIPIM, CUPUAÇU, ABACAXI, ABACATE, FAROFA, PIRãO DE PEIXE, MOQUECA, CHURRASCO, COXINHA DE FRANGO, BOLINHOS DE BACALHAU DE QUEIJO, FEIJOADA, ACARAJÉ, PASTEL DE CAMARãO, DOCE DE LEITE etc.

Bolinhos a calabrese

Bolinhos a calabrese

Pirao de peixe

Pirão de peixe

J’en ai goûté bien plus que ce qui est écrit ci-dessus, mais je ne pouvais pas assassiner tous mes plats à coup de flash photo.

Ce billet sera partagé en deux ; le salé puis les douceurs.

Il y a quelque chose qui m’a grandement surpris, les brésiliens ne mangent pas vraiment épicé, ils ne sont pas adeptes du spicy (le poivre coûte un bras, et ils n’en utilisent pas !) ; seules certaines régions du Nordeste consomment un piment connu sous le nom de Malagueta.

Ahlala comment briser des idées reçues sur l’Amérique du sud !

Un plat est en haut de l’affiche, un énorme coup de cœur ! Les dégustations répétées n’ont pas réussi à m’écœurer ! Il faut à tout prix que je reproduise cette recette du Nordeste dans ma petite cuisine parisienne !

Je vous assure un vrai voyage gustatif !

La MOQUECA est un plat emblématique de la cuisine Bahianaise !

Moqueca de Siri

Moqueca de Siri

Moqueca de Siri e Camarao

Moqueca de Siri e Camarão

Moqueca de Siri

J’en ai l’eau à la bouche et sens le soleil rien que d’y penser.

Ce met allie l’ensemble des habitudes et ingrédients de base de la cuisine brésilienne.

Il en existe plusieurs sortes, ce plat se compose de produits venant de la mer accompagné de riz, de Farofa (farine de manioc sautée au beurre ou à l’huile de Dendê), et de pirão (farine de manioc mélangée au jus de cuisson de la moqueca donnant alors une sorte de purée un peu amidonnée) :

– Siri (chair de crabe)

– Camarão (gambas)

– Peixe (poisson)

– Polvo (poulpe)

– Ostra (huitre)

– Misto (polvo et camarão ou siri et camarão etc.)

On pourrait l’appeler le tajine brésilien ;-)

On fait revenir le poisson ou les crustacés avec de l’oignon, ail, coriandre et tomates dans du lait de coco et on termine la cuisson avec de l’huile de Dendê.

L’on vous apporte à table la préparation mijotant encore dans un plat de terre avec ses accompagnements.

Un délice !

Je tenterai l’expérience et vous guiderai dans ma version de la moqueca.

Mon deuxième coup de cœur est pour la COXINHA DE FRANGO, une sorte de grosse pomme dauphine fourrée au poulet cuisiné (en forme de bourse comme le provolone ou la tetilla). Avec ou sans Catupiry (le creamcheese brasileiro) !

DSC01661

Coxinha de frango

Idem, je vais tenter l’expérience ;-)

J’ai aussi beaucoup aimé le Caranguejo (petit crabe que les brésiliens martèlent pour en extraire la chair), les Bolinhos de bacalahau (il en existe au queijo – fromage, aipim – racine de yuca, calabrese – porc cuisiné), frites de polenta, la Carne do sol (viande de bœuf salée et boucanée accompagnée de purée de manioc, un massif pilier de la gastronomie du Nordeste ), le Beiju (galette de farine de tapioca avec garniture salée ou sucrée), Kibe (le falafel brésilien).

Caranguejo

DSC00950

Kibe

DSC02019

Beiju <3

DSC02021

Le Churrasco, c’est l’un des grands « sports » brésiliens, la grillade de bœuf.

Sa réputation vient du pays gaucho.

Churrasco de frango

Churrasco de poulet

Le Vatapá, purée à base de farine de blé, lait de coco, gingembre, noix de cajou, épices, accompagnée de crevettes séchées et épicées. Il s’agit d’un des plats les plus réputés de la cuisine bahianaise, reconnu dans tout le Brésil.Cette purée accompagne souvent l’Acarajé, éternel joyau de la cuisine bahianaise.

Acarajé da Filipa

Acarajé da Filipa

Acarajé da Filipa

Son nom vient de l’africain « àkàrà » qui signifie « boule de feu » et « je » qui signifie « manger » : au Brésil, les deux mots furent accouplés pour former le mot acarajé. Plat offrande de la religion Candomblé, traditionnellement, seules les filles de saint sont autorisées à préparer l’acarajé ; mais ce délicieux hors-d’œuvre a su séduire les palais profanes, tant qu’il se vend aujourd’hui au moindre coin de rue de Salvador.

Beignet de feijão dont la pâte est à base d’haricots cornille ( à oeil noir).

A servir « Quente » (chaud) comme disent les baianais !

Acarajé da Filipa

Là il y a du pain sur la planche pour réaliser la pâte de haricots !

Voilà c’est le premier volet (salé) de cette découverte de la cuisine brésilienne !

Vous aurez noté que je suis tombée sous le charme de la gastronomie bahianaise.

DSC01800

Risoto de Frutos do Mar

DSC01840

Abara do dendê (même pâte que l’acarajé mais cuit à la vapeur dans des feuilles de bananier)

DSC01502

Brochette de gambas avec une pointe de sel et de citron vert, yummi!!

Filé de Peixe ao Molho Escabeche

Filé de Peixe ao molho Escabeche com Camarão et un petit vin rouge brésilien ;-)

Did you like this? Share it:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *